« Last Night I dreamed that somebody loved me » : une ode à la dépression égocentrique

La créatrice Angela Konrad se concentre sur l’écriture théâtrale par le prisme d’interrogations critiques du monde d’aujourd’hui. Dans sa nouvelle création Last Night I dreamed that somebody loved me, l’artiste met en scène Éric Bernier dans une pièce créée autour des liens entre la musique populaire et des réflexions d’ordre philosophiques et psychanalytiques, dans le but de créer un pont entre la low et la highculture.

 

La suite ici ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *