Cirque Le Roux: « Elephant in the room » | Tabous, champagne et sauts périlleux

Après deux ans d’absence, le Cirque Le Roux revient sur ses terres d’apprentissage. Formés à Montréal, les quatre artistes ont ensuite créé leur compagnie en France avant de parcourir le monde avec leur toute première création. En effet, ils ont présenté leur premier spectacle dans plus de dix pays et reviennent pour quelques soirs au Québec. Dans un décor rétro et une mise en scène qui allie théâtre, danse et cirque, le Cirque le Roux nous plonge au cœur d’une intrigue cinématographique tout en nous tenant en haleine par leurs talents multiples. Retour sur une soirée qui en met plein les yeux!

————

Après la découverte d’un espace scénique très élaboré qui nous ramène directement aux cœurs des années de la prohibition, un générique digne d’un film nous présente les artistes. Un début prometteur qui fait sourire.

Et le rire continue tout au long de la création. Après quelques gags clownesques où le jeu des quatre protagonistes est très juste, un peu de danse et d’acrobaties commencent à rythmer la création et élaborent aussi l’intrigue. Les trois dandys sont charmés par la belle Betty et la scène se transforme en lieu de tous les rebondissements entre amour et trahison.

Personnages burlesques et prouesses circassiennes

Pendant 1h20, les quatre protagonistes sont quasiment toujours sur scène et incarnent leurs personnages extravagants, burlesques et caricaturaux. Ils nous font rire et arrivent à couper notre souffle au bon moment.

En effet, au cœur de l’intrigue se cachent des moments de cirque d’une belle maîtrise qui vont crescendo dans la puissance et le spectaculaire. Des portées classiques au mat chinois en passant par les acrobaties, les colonnes humaines et le main-à-main, les performances s’enchaînent et innovent dans l’originalité scénique et dramaturgique. On ne voit pas du cirque pur et dur mais bien l’illustration de la suite de l’histoire.

Dans un espace scénique interactif où les lieux cachés et les accessoires semblent s’ajouter et disparaître à volonté, ils créent un univers où les lumières peuvent devenir un espace de danse et un canapé un moyen nouveau de jouer sur les équilibres.

L’histoire se termine finalement dans un dernier souffle (ou essoufflement au vu de la performance!) après que les quatre artistes aient mis à nu leurs multiples talents et terminé cette histoire si délicieusement … rocambolesque!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *