Camille : un rendez-vous au-delà du visuel Sensibilités accrues

Plus qu’une pièce, c’est toute une expérience que l’artiste multidisciplinaire Audrey-Anne Bouchard nous propose avec sa création Camille : un rendez-vous au-delà du visuel. Après trois ans d’exploration, elle dévoile cette année cette pièce spécialement conçue pour les personnes semi-voyantes et non-voyantes et nous plonge dans le noir total, nous invitant à laisser aller nos sens.

Nous sommes seulement six spectateurs, en toute confiance et en toute intimité à entrer dans le jeu. Après avoir pris soin de nous, nous avoir confié pantoufles et bandeau pour les yeux, la créatrice nous met en garde, nous initie à ce qu’il va se passer. Et elle a raison, c’est toute une atmosphère de délicatesse et de douceur qui nous englobe. Pendant 60 minutes, les interprètes nous guident, nous accompagnent dans l’histoire de cette fameuse Camille.

Loin d’entrer dans le cliché de l’histoire qui veut à tout prix soulever des émotions et venir toucher la vulnérabilité, Camille raconte une histoire d’amitié, une histoire de départ dans une authenticité et une sensibilité juste. Les interprètes jouent habilement avec les divers sentiments, nous faisant rire, sourire et parfois pleurer. L’histoire est simple, mais parle au plus grand nombre. Elle évoque ces rencontres qui bouleversent une vie et ces départs qui la rendent plus difficile. « Un seul être vous manque et le monde est dépeuplé », comme disait le poète Lamartine.

On écoute attentivement, mais surtout, on ressent. À travers un décor qui semble mouvant, on est transportés d’un espace à un autre, d’un souper d’ami(e)s à une discothèque en passant par un décollage d’avion. Les scènes arborent chacune leurs subtilités, tant narratives que sensorielles, et nous font (re)découvrir nos sens. Chaque spectateur dose son lâcher-prise et sa tolérance au contact, à l’inconnu. Jusqu’où peut-on faire confiance à un inconnu? Jusqu’où se laisser porter?

Toujours dans le respect et l’attention, les interprètes nous font sentir, nous font toucher, nous font danser, sentir le vent, le monde, la foule et la chaleur humaine. Nos sens sont décuplés et l’expérience est agréable, très apaisante.

Cet hymne à l’humain joue sur la fragilité de nos sens et en dévoile la vérité, mais aussi la force. Avez-vous déjà fermé les yeux un instant et ressenti le cœur de l’autre battre dans votre main? Je vous laisse l’essayer.

Camille: un rendez-vous au-delà du visuel
Jusqu’au 22 septembre 2019
Au MAI (Montréal, arts interculturels)

Crédit photo: Laurence Gagnon Lefebvre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *